05 avril 2011

Qui touche à mon corps je le tue, Valentine Goby

Un jour de 1943. Il y a Lucie, qui vient d'avorter toute seule - et pas pour la première fois - et qui se perd dans ses pensées en attendant l'expulsion du foetus ; Marie, dans sa prison, qui va être exécutée pour avoir été avorteuse, activité qu'elle a pratiquée par hasard ; et Henri, le bourreau, qui attend péniblement l'aube et le moment de l'exécution. Ce sont trois destins que mêle Valentine Goby dans ce roman. Si je n'ai rien à dire qur le style, plutpot agréable à lire, je regrette que l'istoire n'aille pas un peu plus loin... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2011

L'honneur perdu de Katarina Blum, Heinrich Böll

En plein carnaval, Katarina Blum abat un journaliste. Qu'est-ce qui a bien pu prendre cette jeune femme droite, austère, presque rigide ? C'est en revenant sur les événements de la semaine précédente qu'on le découvre : elle a passé une nuit avec un criminel recherché. La police l'interroge sur l'homme, tandis que la presse à scandales ruine peu à peu sa réputation et celle des gens qui l'entourent... Ce livre est écrit comme une chronique judiciaire, le narrateur paraît être un journaliste qui a enquêté sur l'affaire. Il démontre... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 07:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 avril 2011

Démon, Thierry Hesse

  Je précise que malgré la date, ceci est un VRAI billet... Pierre Rotko est un grand reporter. Revenu gravement blessé de Tchétchénie, il se remémore ce que son père lui a raconté, peu de temps avant de se suicider. Ce dernier lui a en effet longuement compté l'histoire de ses grands-parents, Franz et Elena, sujet tabou jusque là. La terrible vie de ce couple de juifs russes surpris par la guerre en 1941 renvoie Pierre à tout ce qu'il a vu dans son expérience de journaliste. Ce roman propose une réflexion intéressante sur les... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 07:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 mars 2011

L'homme qui aimait les chiens, Leonardo Padura

URSS, début des années trente : Lev Davidovitch, plus connu sous le nom de Trotski, est mis à l'écart et persécuté par Staline. Il doit s'exiler : ce sera d'abord la Turquie, puis la France, la Norvège et enfin le Mexique. Pourtant le leader déploie toujours une intense activité politique, malgré la répression terrible dont sont victimes ses partisans et sa famille. Espagne, 1936 : alors que la guerre fait rage, Ramon Mercader se voit proposer par sa mère de s'engager tout entier en sacrifiant son existence au Parti. Communiste... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 07:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
19 mars 2011

Dans la main du diable, Anne-Marie Garat

Paris, 1913. Gabrielle Demachy et sa tante Agota apprennent la mort d'Endre, fils de la vieille dame le grand amour de la jeun femme. Or celui-ci est mort...5 ans plus tôt, en Birmanie. Encouragée par la rencontre providentielle (mais l'est-elle vraiment ? ) d'un fonctionnaire du ministère de la guerre qui en sait un peu plus, Gabrielle décide de se lancer à la recherche de la vérité, ce qui la conduit à se faire engager comme institutrice dans la famille Galay, dont l'un des membres a bien connu Endre... Voici un roman... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 07:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 mars 2011

L'enfant allemand, Camilla Läckberg

C'est en fouillant dans son grenier qu'Erika retrouve des objets ayant appartenu à sa mère - dont une étrange médaille nazie. Or le spécialiste à qui elle confie la médaille pour en savoir plus est assassiné peu après. Alors que Patrick est - normalement - en congé paternité, elle enquête de son côté, parallèlement aux policiers de Tanumshede, ce qui l'amène peu à peu à en découvrir beaucoup sur sa mère... La recette est toujours la même : des personnages sympathiques que l'on suit depuis plusieurs volumes, une intrigue... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 07:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 mars 2011

La solitude des nombres premiers, Paolo Giordano

Alice et Mattia sont deux jeunes inadaptés au monde dans lequel ils vivent, en raison de traumatismes vécus dans leur enfance. Elle est anorexique, il est quasi surdoué. Par hasard, ils se rencontrent dans leur lycée et leur amitié si particulière se renforce peu à peu. Environnés de camarades en crise d'adolescence (pour ne pas dire à la limite de la délinquance) et de parents dépassés, ils cherchent à faire leur chemin dans la vie. Difficile de résumer ce livre sans en dire trop ; ajoutons simplement qu'on suit Alice et Mattia à... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 07:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
07 mars 2011

La perte en héritage, Kiran Desai

Sai, adolescente indienne mais élevée à l'occidentale, vit chez son grand-père, un juge à la retraite misanthrope. Elle tombe amoureuse de son précepteur, Gyan. Le cuisinier de la maison correspond avec son fils Ruby, parti aux Etats-Unis, qu'il espère désormais riche ; alors que ce dernier, sans papiers, navigue de petit boulot en petit boulot avec le souvenir de l'Inde, son pays, toujours en tête. La région dans laquelle vit Sai est peu à peu déstabilisée par le peuple Ghorka qui revendique son indépendance, or Gyan n'est pas... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 07:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
27 février 2011

L'homme inquiet, Henning Mankell

La voici donc, la dernière enquête de Wallander ! Et il faut bien dire qu'elle remplit toutes ses promesses...on retrouve Wallander, qui vieillit un peu et devient grand-père, au moment où les beaux-parents de sa fille disparaissent l'un après l'autre. Derrière tout ça, une histoire de sous-marins pendant la guerre froide, et peut-être bien d'espionnage... Je ne veux pas en dire plus pour laisser à ceux qui n'ont pas encore lu ce titre le plaisir de découvrir...la force de Mankell, peut-être plus que dans ses précédents livres, est... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 17:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
25 février 2011

Où j'ai laissé mon âme, Jérôme Ferrari

Algérie, 1957. Tahar, celui qui apparaît à l'armée française comme le chef de la rébellion algérienne, est capturé. Alors que le capitaine le garde jalousement, il est confié aux hommes du lieutenant Andréani qui l'assassinent... Le roman alterne les points de vue du capitaine, qui ne comprend plus ses actes et la raison de sa présence ici, et Andréani, qui est passé d'une profonde admiration de son capitaine à l'incompréhension la plus totale. Les deux hommes se souviennent d'une autre guerre avant celle-ci, en Indochine, et de... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 07:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]