31 mars 2010

Le choeur des femmes, Martin Winckler

Jean Atwood, étudiante brillante, major à l'issue de ses études de médecine, doit effectuer un stage de 6 mois dans l'Unité 77, le service du professeur Karma. Alors qu'elle se destine à la chirurgie gynécologique, elle pense perdre son temps avec cet homme particulier, qui reçoit des femmes en détresse et les laisse parler, décider, sans jamais les juger. Mais bientôt, Jean s'adoucit au contact du médecin et, évidemment, ça change sa vie... Eh oui, les ficelles sont grosses, le scénario un peu attendu... mais ça marche ! J'ai... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 06:36 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

30 mars 2010

Le quai de Ouistreham, Florence Aubenas

  Florence Aubenas s’est glissée pendant 6 mois dans la peau des « précaires ». Un beau jour, elle s’installe dans une chambre à Caen et décide de chercher du travail, s’inventant une histoire (son mari, qui l’entretenait, l’a quittée) et un CV sans qualifications. Elle n’a d’autre solution que de candidater en tant que femme de ménage à quelques heures de travail ici et là. Si elle décroche un CDI, elle arrête l'expérience ; ça lui prendra 6 mois. Elle découvre donc les "joies" des longs moments passés à Pôle emploi, au... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 07:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
28 mars 2010

J'aurais adoré être ethnologue, Margaux Motin

Margaux, illustratrice, a la trentaine, un compagnon, un enfant ; tout au long des pages de ce recueil, la dessinatrice croque des scènes de la vie quotidienne la mettant en scène avec ses amies, son compagnon, son enfant, son boulot... Margaux Motin dessine très bien et j'ai été séduite par son trait ; mais son personnage m'a moins plu. Je la trouve un peu tête-à-claques, énervante, et parfois vulgaire. Il y a des pages très réussies, très drôles, c'est vrai, mais dans l'ensemble c'est finalement assez moyen. Dans un style... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 12:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 mars 2010

Les vrais durs ne dansent pas, Norman Mailer

Tim Madden, écrivain raté, quitté par sa femme depuis quelques semaines, se réveille un matin de gueule de bois avec un tatouage qu'il ne se souvient pas avoir fait. Plus tard dans la journée, il trouve dans sa réserve de marijuana une tête blonde... mais impossible, vraiment, de se souvenir de sa soirée de la veille. Je dois bien reconnaître que Norman Mailer a du style, qu'il maîtrise son récit. Mais j'ai du me forcer pour la première moitié du livre, tous les personnages, pleins de vulgarité, m'étaient antipathiques ; quand j'ai... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
24 mars 2010

Ici et maintenant, Robert Cohen

Samuel Karnish est un New-yorkais d'une quarantaine d'années. Son travail n'est pas passionnant, sa vie sentimentale est en dents de scies, il se rend au troisième mariage d'un "ami" et rencontre dans l'avion qui l'y emmène un couple hassidique. Revenu à New-York, il les revoit... et je ne peux rien dire de plus, pour la bonne raison que j'ai refermé ce livre à ce moment-là. Je ne peux pas dire que c'est mauvais, c'est plutôt bien écrit, mais cette histoire ne m'a pas du tout intéressée, je me suis ennuyée avec les cent... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 11:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 mars 2010

Aya de Yopougon, tome 5

Quel plaisir de retrouver enfin Aya, après cette fin si ouverte du tome 4... et les ingrédients qui font que cette série est si réussie sont toujours là : des personnages hauts en couleurs, une langue savoureuse, des intrigues multiples et des proverbes africains en veux-tu en voilà ! Une des grandes forces de ces BD est que les différentes intrigues ne faiblissent jamais, on ne s'ennuie pas un instant et on rit beaucoup - d'ailleurs, je ne fais pas de résumé, c'est trop dense et je trouve qu'il faut vraiment savourer la découverte... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 13:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 mars 2010

Kolyma, Tom Rob Smith

Ce livre est en quelque sorte la suite de "Enfant 44" : on retrouve Leo, quelques années plus tard, dans une Russie qui commence à se déstaliniser, avec sa femme Raïssa et leurs deux filles adoptives. Leo est devenu un simple policier, mais son passé le retrouve : des meurtres se multiplient, visant à chaque fois des hommes qui avaient dénoncé ou arrêté des innocents... J'avais lu "Enfant 44", un polar pas mauvais souffrant malheureusement d'une fin un peu trop farfelue à mon goût ; mais celui-ci m'est tombé des mains. Ce livre... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 09:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 mars 2010

Le journal intime de Benjamin Lorca, Arnaud Cathrine

  L’écrivain Benjamin Lorca est mort. Quatre personnes qui l’ont connu, ou du moins cotoyé, se souviennent : Edouard, un ami, 15 ans après sa mort ; Martin, son frère, 10 ans après ; Ronan, le plus proche, 5 ans après, et Ninon, celle qu’il a aimée, juste après l’événement. Benjamin aurait laissé un journal intime… Chacun, par ses souvenirs, dresse un portrait de « son » Benjamin, se demande ce qu’il connaissait vraiment de lui et surtout, ce que l'écrivain pouvait bien cacher dans ce journal si mystérieux, dévoilant par... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 09:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 mars 2010

Les enfants de Staline, Owen Matthews

  Ou quand la petite histoire croise la grande… Dans ce livre, Owen Matthews raconte l’histoire de trois générations : son grand père, sa mère et lui-même. Cette histoire est intimement liée à celle de la Russie : le grand-père, pourtant membre dévoué du Parti, meurt assassiné par le KGB. La mère, après une enfance sans amour, devra braver les autorités et finalement quitter son pays pour vivre avec l'homme qu'elle aime ; le fils connaîtra l’effondrement du système soviétique et la déliquescence d’une partie de la société... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 13:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 mars 2010

Quand il est mort le poète

  Jean Ferrat est mort, ça me touche beaucoup, c'était un chanteur et un homme que j'appréciais énormément. En guise d'hommage, les paroles d'une de ses plus belles chansons, "Ma France" : De plaines en forêts de vallons en collinesDu printemps qui va naître à tes mortes saisonsDe ce que j'ai vécu à ce que j'imagineJe n'en finirais pas d'écrire ta chansonMa FranceAu grand soleil d'été qui courbe la ProvenceDes genêts de Bretagne aux bruyères d'ArdècheQuelque chose dans l'air a cette transparenceEt ce goût du... [Lire la suite]
Posté par pincureuil à 15:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]